News Positives #15


BYE BYE LES TICKETS DE CAISSE ET RELEVÉS DE CARTE BANCAIRE

Le saviez vous ? Chaque année, un hypermarché produit 849 kms de tickets de caisse ! ( SOURCE France info / France 2 ).
Outre l’impact sur l’environnement, il est aussi très mauvais pour la santé des utilisateurs puisque son encre contient des perturbateurs endocriniens.
C’est toute une façon de penser que révèle cette initiative car les consommateurs, conscients du gaspillage, les récupèrent de moins en caisse.
Dans le cadre du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, l’Assemblée nationale propose dans un des amendements que “sauf demande contraire du client, l’impression systématique et la distribution de tickets de caisse dans les surfaces de vente est interdite en France au plus tard le 1er janvier 2022 “.

Cette suppression des tickets de caisse en papier devrait se faire en plusieurs étapes : Septembre 2020, une impression du ticket sera optionnelle pour les achats de moins de 10 euros, puis janvier 2021 pour les transactions de moins de 20 euros et janvier 2022 pour celles de 30 euros.

-> action/réaction = les tickets de caisse vont disparaître ! Et si on faisait pareil pour tous les emballages ? #agiràlasource

5 MINUTES POUR LE CLIMAT
5 minutes pour suivre la session 3 des conventions citoyennes pour le climat :

La convention citoyenne c’est quoi ?
« Cette Convention, qui est une expérience démocratique inédite en France, a pour vocation de donner à 150 citoyens et citoyennes tiré au sort pour accélérer la lutte contre le changement climatique… Elle a pour mandat de définir une série de mesures permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale. » source

Elle traite des questions relatives aux économies d’énergie, à la rénovation thermique des logements, à l’agriculture, aux mobilités, à la fiscalité écologique et à tout autre verrou ou levier d’action qu’elle juge pertinent.

Mais alors en quoi, c’est positif ? cette expérience novatrice, permet de créer des groupes de paroles d’horizon/d’âge/de classe sociale et de culture différente avec pour objectif –> se mettre d’accord pour des solutions en faveur de la préservation de l’environnement.

NETTOYER LES RIVIÈRES GRÂCE À DES BULLES

On sait que 8 000 000 de tonnes de déchets arrivent dans les océans chaque année et qu’il faut nettoyer nos océans qui deviennent de plus en plus pollués.
Et si on prenait le problème à la source ? 80% des pollutions de l’océan viennent des terres, la solution est donc avant tout sur terre plutôt qu’en mer.
L’innovation « the great bubble barrier » répond à cette problématique !
L’idée est de créer une barrière à bulles dans les rivières, cette barrière empêche le plastique de s’écouler, mais elle permet également aux poissons et aux navires de traverser la barrière sans entrave. Cette innovation a été mise en place au Pays-bas et semble fonctionner ( source : the guardian )

Traduction :
Titre : La barrière de bulle empêche le plastique de couler et le coince à la surface sur toute la largeur de la rivière ou du canal.
– N’a pas d’effet sur la circulation de bateau
– Le plastique est dirigé vers la surface puis sur les côtés ( rive ) de la rivière où ils sont ensuite récupérés ( trié / recyclé )
– Les poissons et toute autre vie marine peuvent passer la barrière de bulle sans difficulté.
1) Les bulles qui montent créent un courant ascendant qui amène les déchets plastiques à la surface. Le flux d’eau le dirige ensuite sur les côtés de la rivière.
2) La barrière de bulles est créée en pompant de l’air à travers un tube percé de trous qui est disposé en diagonal au fond d’une rivière empêchant les déchets de continuer leur chemin vers l’océan.

GREEN FRIDAY

Le "Green Friday", l'alternative responsable au "Black Friday"

Le "Green Friday", l'alternative responsable au "Black Friday"

Publiée par BFMTV sur Jeudi 22 novembre 2018
LA VISION POSITIVE DE
Nicolas Hulot

« Nous commençons à comprendre que nous faisons partie d’un tout et que, si nous détruisons une fraction de ce tout, c’est nous-mêmes qui sommes en danger. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *